Vous souhaitez nous joindre ? Appelez Clémentine au 03 20 39 01 32

Mésentente entre copropriétaires : le syndic (ne) doit (pas) agir !

Posted On 26/10/2022

Syndic immobilier : quel est votre rôle ?

Un copropriétaire demande au syndicat des copropriétaires et au syndic de faire enlever le conduit de refoulement de la chaudière de son voisin qui lui cause des nuisances importantes. Face à leur refus, il obtient alors de la justice qu’ils agissent. Mais rien ne se passe…

Face à cette absence de réaction, le copropriétaire, lui, réagit : il réclame la désignation d’un administrateur « ad hoc » pour agir en lieu et place du syndic, l’estimant coupable de carence dans l’exercice de sa mission.

« Quelle carence ? », s’étonne le syndic, qui justifie son inaction par l’existence d’une mésentente entre le copropriétaire et le syndicat des copropriétaires. D’autant qu’il a toujours parfaitement exécuté la totalité du reste de ses obligations…

Sauf qu’il s’obstine à ne pas exécuter une décision de justice, malgré les demandes répétées du copropriétaire, constate le juge. Une carence avérée qui justifie la nomination d’un administrateur ad hoc…

Source : Arrêt de la Cour de cassation, 3e chambre civile, du 28 septembre 2022, n° 21-19623

Mésentente entre copropriétaires : le syndic (ne) doit (pas) agir ! © Copyright WebLex – 2022

Written by

Related Posts

Bricolage et jardinage : la DGCCRF enquête chez les loueurs de matériel

Bricolage et jardinage : la DGCCRF enquête chez les loueurs de matériel

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) est amenée à enquêter régulièrement dans plusieurs secteurs d’activités précis, afin de vérifier les pratiques des professionnels. C’est au tour des loueurs de matériel de bricolage et jardinage… Quelles sont ses conclusions ?

Achat-revente de terrains : la TVA sur la marge, ce n’est pas automatique !

Achat-revente de terrains : la TVA sur la marge, ce n’est pas automatique !

Un marchand de biens achète des terrains qu’il revend en tant que « terrains à bâtir » après une division parcellaire et, pour le calcul de la TVA dont il doit s’acquitter, décide de faire application du régime spécifique de TVA sur la marge… Ce que remet en cause l’administration fiscale. Pour quel motif ?

0 commentaires