Vous souhaitez nous joindre ? Appelez Clémentine au 03 20 39 01 32

Rédaction d’un contrat : l’avocat doit-il (peut-il) tout prévoir ?

Posted On 08/11/2022

Est-il possible d’anticiper la vente d’un bien avant son acquisition ?

Le directeur général d’une société signe, pour le compte de la structure qu’il représente, un compromis de vente pour l’acquisition d’un terrain. Mais avant de finaliser cet achat, le directeur est révoqué de ses fonctions.

Dans le cadre de ce départ, la société et l’ex-dirigeant font alors appel à un avocat qui rédige une transaction prévoyant notamment la possibilité pour l’ancien directeur de se porter acquéreur d’une partie du terrain qui est en cours d’acquisition par la société.

Finalement, le terrain n’est pas vendu à la société… L’ancien directeur, très mécontent de ne pas avoir pu mener son propre projet d’acquisition à terme, engage la responsabilité de l’avocat et demande une indemnisation.

Selon lui, en effet, l’avocat n’a pas exécuté son travail correctement au regard tant des conseils fournis, que de la rédaction de la transaction : il aurait dû prévoir un mécanisme, comme une promesse de vente, permettant à la société et à l’ancien directeur de réaliser leur projet de revente du terrain.

« Impossible ! », se défend l’avocat, qui rappelle que puisqu’au moment de la rédaction de la transaction la société n’était pas propriétaire du terrain, aucune clause ne pouvait être insérée pour « forcer la vente » au bénéfice de l’ancien dirigeant…

« Tout à fait ! », confirme le juge : la transaction reflétant une situation caractérisée par l’incertitude, aucune promesse de vente ne pouvait être envisagée dans ces conditions.

D’autant que ce n’est pas un éventuel problème de rédaction de la transaction qui a empêché le projet de l’ancien directeur… mais bien le fait que la société n’a pas pu acquérir le terrain.

En conclusion, l’avocat n’a commis aucune faute dans la rédaction de la transaction et n’a pas à indemniser l’ex-dirigeant.

Source : Arrêt de la Cour de cassation, 1re chambre civile, du 26 octobre 2022, no 21-17704

Rédaction d’un contrat : l’avocat doit-il (peut-il) tout prévoir ? © Copyright WebLex – 2022

Written by

Related Posts

CFE et panneaux solaires : un cas vécu…

CFE et panneaux solaires : un cas vécu…

À la suite d’un contrôle, l’administration fiscale réclame à une société qui exploite des panneaux solaires installés sur les toits de bâtiments dont elle n’est pas propriétaire un supplément de cotisation foncière des entreprises (CFE). Pourquoi ? Parce qu’elle estime que la « partie toiture » des bâtiments doit être prise en compte pour le calcul de la CFE due par la société. À tort ou à raison ?

0 commentaires