Vous souhaitez nous joindre ? Appelez Clémentine au 03 20 39 01 32

Travail à domicile = pas de taxe d'habitation ?

Posted On 17/10/2018

Un entrepreneur exerce une partie de son activité professionnelle dans son habitation : en semaine, il se sert de son salon comme bureau commercial.

Comme la majorité des français, il vient de recevoir son avis de taxe d’habitation, ce qui l’étonne : il paie déjà la CFE (cotisation foncière des entreprises) pour la partie de l’habitation dans laquelle il exerce son activité professionnelle.

En plus de la CFE, l’entrepreneur doit-il aussi payer sa taxe d’habitation ?

La réponse n’est pas toujours celle que l’on croit…
La bonne réponse est…
Oui
En principe, la taxe d’habitation est due pour les locaux meublés affectés à l’habitation. Donc, les locaux à usage strictement professionnel échappent à cette taxe.

Toutefois, lorsque le local professionnel fait partie de l’habitation du contribuable et ne comporte pas d’aménagement spécifique le rendant impropre à l’habitation, ce dernier doit s’acquitter non seulement de la CFE, mais également de la taxe d’habitation.

Ici, l’entrepreneur se sert de son salon comme bureau uniquement pendant la semaine. En l’absence d’aménagement spécifique, cette pièce continue à faire partie de son habitation. En conséquence, il devra s’acquitter non seulement de la CFE, mais également de la taxe d’habitation.

Written by

Related Posts

Bricolage et jardinage : la DGCCRF enquête chez les loueurs de matériel

Bricolage et jardinage : la DGCCRF enquête chez les loueurs de matériel

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) est amenée à enquêter régulièrement dans plusieurs secteurs d’activités précis, afin de vérifier les pratiques des professionnels. C’est au tour des loueurs de matériel de bricolage et jardinage… Quelles sont ses conclusions ?

Achat-revente de terrains : la TVA sur la marge, ce n’est pas automatique !

Achat-revente de terrains : la TVA sur la marge, ce n’est pas automatique !

Un marchand de biens achète des terrains qu’il revend en tant que « terrains à bâtir » après une division parcellaire et, pour le calcul de la TVA dont il doit s’acquitter, décide de faire application du régime spécifique de TVA sur la marge… Ce que remet en cause l’administration fiscale. Pour quel motif ?

0 commentaires